Copyright voyager-en-images.fr

Partez à la découverte des plus belles destinations

Le Sultanat d'Oman, entre montagne et océan Indien


Si vous cherchez à visiter un pays où le cadre naturel est véritablement magique, le Sultanat d'Oman, trait d’union entre l’Inde et l’Afrique vous séduira. Découverte...


Le Sultanat d'Oman présente de multiples intérêts. Ce pays montagneux est entouré de sable et d’eau. Outre l'Océan Indien, on trouve des wadis, (oueds) qui irriguent de luxuriantes palmeraies. Le désert qui attire de nombreux voyageurs est, quant à lui, ponctué de djebels escarpés et de dunes rouges et roses.

Oman troisième plus vaste pays de la péninsule arabique après l’Arabie Saoudite et le Yémen se distingue des émirats du Golfe voisin par sa situation méridionale, ses traditions, son histoire et son ouverture sur l’océan.

Un pays d'histoire...


Dans l’Antiquité, Oman était connu sous le nom de Royaume de Magan ou Makkan.

On retrouve la trace des premiers habitants de l'époque d’Aorès les écrits du IIIe millénaire avant J-C.


D'ailleurs de nos jours on peut encore admirer des sites de cette époque à travers notamment Bat inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

En 536 avant J-C, Cyrus le Grand fondateur de la destination Perse s’empare du pays et met en place un astucieux dispositif d’irrigation (le Falaj) toujours utilisé pour faciliter les cultures des terres arides.

Puis en 640 après J-C,  l’Islam prend place avec l’implantation de l’Ibadisme et l’élection du premier Iman. Les Portugais installent un premier comptoir sur la côte omanaise en 1507 et occupent Oman jusqu’en 1650.  Ensuite, la dynastie Yaroubides reprend Mascate et les côtes.

Les Omanais s'emparent des possessions portugaises en Afrique. Les comptoirs d’épices de Zanzibar à Mogadiscio et de Bahrein au Pakistan. Cela facilite l'essor des fortunes des sultans d’Oman.

Au milieu du 18e siècle, un état est fondé et le Sultanat d’Oman. Aujourd'hui Nizwa qualifiée de ville sainte des Ibadites, fut le siège d’un imamat indépendant entre 1913 et 1955. Le sultan Saïd bin Timour profite alors de luttes successorales pour affirmer son contrôle et obtenir l’abdication de l’imam.


En 1957, le sultan assisté par les forces britanniques met fin à une nouvelle tentative de réhabilitation de l’imamat.  La révolte de Nizwa s'arrête en 1959. En 1961,  une autre révolte éclate dans le pays ; cette fois-ci dans le Dhofar. Avec l'aide militaire anglaise la guérilla est vaincue. Par une politique d’amnistie le sultan Qabous parvient à unifier et à développer le pays. (Lire la suite)